[responsive_slider]

De Laferrière à Langlois, une image rayonnante à l’étranger…

 

De Laferrière à Langlois, une image rayonnante à l’étranger…

 

 

Le Nouvelliste | Publié le : 15 janvier 2014

De l’élection de Dany Laferrière à l’Académie française le mois dernier à la nomination de Son Excellence Mgr Chibly Langlois, évêque des Cayes, au poste de cardinal par Sa Sainteté, le pape François, le pays tout entier doit se sentir soulagé après tant d’années de mauvaise presse à l’échelle internationale. La décision du pape François doit être considérée non seulement comme un acte de grandeur pour l’Eglise catholique haïtienne, mais aussi pour le peuple haïtien, il s’agit d’un geste de compassion parce qu’elle symbolise la sympathie du Saint- Père à l’endroit de tous ceux qui ont souffert le 12 janvier 2010 à l’occasion de ce séisme destructeur et dont les cicatrices sont encore vivantes.
Le choix de cette date, qui restera gravée dans notre mémoire, pour annoncer la nomination de l’ensemble de ces cardinaux par le pape François exprime aussi l’attachement du Saint-Père au peuple haïtien. Chacun des pays, qui a bénéficié de cette distinction, s’est réjoui. Pour Haïti, il s’agit d’une double réjouissance.
Il serait bienséant pour notre pays de continuer à bénéficier de l’image positive à l’étranger à travers les médias de renommée mondiale et régionale, mais pendant combien de temps ? car les embarcations de fortune n’ont ni jour ni heure pour tenter de gagner les côtes de la plupart de nos voisins de la Caraïbe et des Etats-Unis à la recherche d’un mieux-être. Depuis plusieurs années, les gouvernements qui se sont succédé n’ont utilisé la moindre formule coercitive pour dissuader les organisateurs de voyages clandestins aussi bien que les voyageurs. C’est en quelque sorte une initiative sans crainte organisée sur les côtes du Nord et du Nord-Ouest au vu et au su de la plupart des élus locaux.
Aucun organisateur de voyages clandestins rapatrié en Haïti par les gardes-côtes des pays voisins n’a été arrêté ni jugé par les autorités haïtiennes. La solution au problème de voyages clandestins n’est pas pour demain si l’on tient compte de la politique du gouvernement par rapport au secteur agricole. Aucun plan de relance de ce secteur n’a été jusqu’à présent discuté au niveau des plus hautes autorités du pays. Les statistiques parvenues à la presse sur les voyageurs clandestins font croire qu’ils viennent en grande partie des départements du Nord, du Nord-Ouest, du Nord-Est et du haut Artibonite. Sans une prise en charge de l’agriculture haïtienne, il n’y aura pas de solution au fléau que constituent les voyages clandestins. Le taux de chômage élevé dans la paysannerie occasionné par l’absence de crédit agricole et le désengagement du ministère de l’Agriculture dans ce secteur sont les principales causes des embarcations de fortune dans la plupart de ces régions.
L’amélioration de l’image du pays à l’étranger est intimement liée à la conception que les autorités se font du rôle de l’Etat dans l’aménagement du territoire et du développement régional. Tant que l’arrière-pays restera abandonné par le pouvoir central, les hommes et les femmes de ces zones utiliseront les moyens du bord.
Lemoine Bonneau lbonneau@lenouvelliste.com
No comments yet.

Leave a Reply