[responsive_slider]

Et maintenant, quelles options reste-t-il à Londres ?

Le Parlement britannique n’a pas voté le compromis trouvé entre le gouvernement de Theresa May et l’Union européenne. A dix semaines de la sortie prévue du pays de l’UE, le flou sur l’avenir est total.

Après dix-sept mois de négociations entre Londres et Bruxelles, l’accord entre l’Union européenne (UE) et le Royaume-Uni pour un divorce à l’amiable a été balayé par le vote de la Chambre des communes (le Parlement britannique) mardi 15 janvier. Par 432 voix contre 202, l’accord de sortie du Royaume-Uni a été rejeté, y compris par 118 élus de la majorité de la première ministre.

A soixante-douze jours de la sortie programmée du Royaume-Uni de l’UE, la situation est délicate pour la première ministre britannique, Theresa May : dans une situation normale, elle aurait démissionné – et son gouvernement avec elle – dans les minutes qui ont suivi le vote négatif du Parlement. Mais Londres n’est pas dans une situation politique commune.

Mercredi 16 janvier, l’opposition travailliste présente une motion de défiance contre le gouvernement – qui doit être votée aux alentours de 20 heures, heure de Paris. A priori, cette motion devrait échouer et Mme May rester en poste. Elle devra présenter un « plan B » d’ici au lundi 21 janvier, conformément à ce que lui ont imposé les parlementaires britanniques, le 9 janvier.

L’accord conclu entre Theresa May et l’Union européenne a été repoussé par le Parlement britannique mardi 15 janvier, y compris par un tiers de la majorité de la première ministre.

Theresa May doit d’abord faire face à une motion de défiance et présenter un « plan B » au plus tard lundi 21 janvier si son gouvernement y survit. Quelles sont les issues possibles ?

Le Monde.,  https://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2019/01/16/accord-sur-le-brexit-rejete-et-maintenant-quelles-options-reste-t-il-a-londres_5409931_4355770.html

No comments yet.

Leave a Reply