Haïti-PetroCaribe-Enquête sénatoriale : Eustache St-Lot défend le BMPAD

 

La commission éthique et anti-corruption du sénat a auditionné, le jeudi 5 mai, l’ancien directeur du bureau de monétisation des programmes d’aide au développement (BMPAD) qui a fourni des explications sur les sommes d’argent engagées dans le financement de certains projets durant son passage à la tête de cette institution. Eustache St-Lot a précisé que le BMPAD en tant qu’organe régulateur de l’importation des produits pétroliers en Haïti n’est habilité à décaisser des fonds que sur instruction du ministère des finances.

D’entrée de jeu, l’ancien directeur du BMPAD a expliqué que cette institution est le bras opérationnel du gouvernement en matière de gestion des accords bilatéraux (Banque mondiale, Japon, PetroCaribe).

‘’Cet organe régulateur de l’importation des produits pétroliers n’est pas habilité à décaisser des fonds de son propre gré’’, a précisé l’ex-directeur général du bureau de monétisation, Eustache St-Lot par devant la commission sénatoriale.

Pour qu’un projet soit financé, tout un processus doit être suivi à commencer par la signature d’une résolution en conseil des ministres. Ensuite, sur requête du ministère de l’économie et des finances, le BMPAD achemine une correspondance à la banque centrale qui effectue le transfert du fonds que nécessite le projet en question.

Durant le court passage d’Eustache St-Lot à la tête du BMPAD, soit du 3 février 2015 au 20 avril 2016,  trois résolutions représentant des sommes astronomiques ont été signées.

En effet, une première résolution de contrat signée le 15 avril 2015 est évaluée à près de 255 millions de dollars ; une deuxième paraphée le 22 juillet de la même année accuse un montant de 193 millions, enfin la troisième résolution signée le 6 janvier 2016 est évaluée à 58 millions de dollars.

‘’Il n’a aucune possibilité pour le BMPAD de détourner des fonds dans le cadre du programme petrocaribe’’, a persisté Eustache St-Lot ajoutant que jusqu’au mois d’avril dernier, les arriérés de paiement d’Haïti envers le Venezuela s’élevait à 47 millions de dollars.

Déterminé à faire la lumière sur les dépenses effectuées dans le cadre du programme vénézuélien, l’élu de l’Artibonite veut aller jusqu’au bout. Il se propose de saisir Interpol au cas où l’ex-directeur du BMPAD de 2008 à 2015, Michael Lecorps qui se trouve actuellement en République Dominicaine, persisterait à décliner les invitations du sénat de la République.

http://hpnhaiti.com/nouvelles/index.php/economie/1002-haiti-petrocaribe-enquete-senatoriale-eustache-st-lot-defend-le-bmpad

Comments are closed.