[responsive_slider]

Haïti-politique : La nouvelle dynamique du parlement

Mercredi, 22 janvier 2014 14:02
La semaine dernière, les sénateurs et députés ont procédé au renouvellement de leur bureau respectif. Si les premiers ont reconduit l’honorable Dieuseul S. Desras à la tête du bureau du Sénat, les députés ont fait table rase. Ils lâchent Jean Tolbert Alexis, au point que ce dernier ne s’est même pas porté candidat.Ils élisent un nouveau bureau composé uniquement de membres du bloc majoritaire pro-gouvernemental, Parlementaires pour la Stabilité et le Progrès (PSP), avec à sa tête Jacques Stevenson Thimoléon, l’ex-président du bloc.

Pour les différentes commissions permanentes de la chambre des députés, le nouveau président du groupe PSP, le député Altès Toussaint, annonce qu’il proposera des candidats à la présidence. Il assure que les députés du PSP continueront de soutenir le gouvernement, sans pour autant négliger leur prérogative de contrôle des actions du gouvernement.

Avec 57 députés membres et un bureau à sa cause, le PSP a les moyens de sa politique. Les blocs minoritaires ont très peu de chance d’empêcher une mainmise totale des différentes commissions par le bloc pro-gouvernemental.

Il s’agit d’ « un mauvais calcul », a desserré le Président du bloc Parlementaire pour le Renforcement Institutionnel (PRI), le Député Sadrac Dieudonné), qui qualifie d’ « obstacle à la démocratie » de concentrer tous les postes du bureau et du refus de les partager avec d’autres blocs parlementaires. Le Député rappelle que le pluralisme politique est « garante de la démocratie ». Toutefois, il n’entend pas « pratiquer la politique de la chaise vide », affirmant que son groupe et lui « continueront de travailler au renforcement institutionnel ».

Le président sortant, Jean Tolbert Alexis, de son côté, tout en reconnaissant avoir effectué un travail irréprochable dans le cadre de ses prérogatives, appelle ses collègues parlementaires à collaborer pleinement avec le nouveau bureau.

En tout cas, Comme on pouvait l’entendre des différentes allocutions des grands commis de l’Etat, Desras, Martelly, Lamothe, lors de la rentrée parlementaire, les députés de l’opposition, eux aussi, quoique insatisfaits, entendre, en ce qui les concerne, prioriser l’institution parlementaire au détriment de leur divergences politiques. Ils se disent prêts à collaborer avec le nouveau président du bureau pour le bon fonctionnement de la chambre.

Néanmoins, le bloc majoritaire quoiqu’il en soit, devra compter avec le sénat de la République. C’est un passage obligé ! C’est là que la cohabitation pourra se révéler difficile car l’histoire récente du parlement retient un sénat, dont le Président Simon D. Desras, est surtout connu pour ses positions radicales, contre l’équipe au pouvoir.

EJ/Radio Métropole Haïti

http://www.metropolehaiti.com/metropole/full_une_fr.php?id=23399

No comments yet.

Leave a Reply