Jean-Max Bellerive dans le collimateur de la Justice

bellerive

Suite à une ordonnance rendue publique le lundi 18 décembre, par le Conseil supérieur du pouvoir judiciaire (CSPJ) portant la signature du juge d’instruction du tribunal de Première instance de Port-au-Prince, Jean Wilner Morin, l’ancien Premier ministre de l’Administration de René Préval est interdit de quitter le territoire national. Cette décision fait donc de Joseph Jean-Max Bellerive le troisième ancien fonctionnaire de l’État frappé par une mesure d’interdiction de départ sous le règne de Jovenel Moïse, en moins de deux mois.

Après l’ex-ministre de la Justice, Camille Édouard Junior et l’ex-ministre de l’Économie et des Finances sous l’administration Privert, Yves Romain Bastien, c’est au tour de l’ancien chef du gouvernement du président René Préval et chef de cabinet du président provisoire Jocelerme Privert, Joseph Jean-Max Bellerive, contre qui une mesure d’interdiction de départ a été prise et ordonnée par le juge d’instruction du tribunal de Première instance de Port-au- Prince, Jean Wilner Morin le lundi 18 décembre 2017.

Cette ordonnance d’interdiction de départ émanant du juge du tribunal de Première instance du parquet de Port-au-Prince, Jean Wilner Morin, fait suite, selon la note, à la procédure d’information ouverte et suivie contre le nommé Wilner Valcin. Ce dernier a été, selon l’ordonnance rendue, impliqué dans des actes d’assassinat et de corruption au préjudice de l’État haïtien.

« Par ces motifs, ordonnons au directeur du Service de l’émigration de prendre toutes les dispositions pour empêcher le nommé : Joseph Jean Max Bellerive de laisser le territoire national par voie de terre, aérienne ou maritime, et ce, jusqu’à nouvel ordre ; disons que cette ordonnance est applicable dès sa réception », écrit le juge Morin dans cette ordonnance datée du lundi 18 décembre.

Faisant profil bas sur la scène politique depuis quelque temps, Joseph Jean Max Bellerive n’est pas de tout repos. Puisque, l’ancien Premier ministre qui a également occupé le poste de ministre de la Planification et de la Coopération externe, au cours de la présidence de René Préval, a déjà vu son nom inscrit dans les deux rapports disponibles sur l’utilisation des fonds PetroCaribe. Des rapports, que l’ex PM a rejetés d’un revers de main lors de ses différentes interventions sur les ondes des stations de radio dans la capitale, mettant en cause la méthode utilisée par les commissaires entre autres.

Jodel Alcidor, Le National Haiti.

Comments are closed.