Jovenel Moïse, le spécialiste en énergie électrique…

C’est un Jovenel Moïse spécialiste en énergie électrique qui a présenté, samedi dernier sur la Télévision nationale d’Haïti, sa deuxième émission personnelle baptisée ‘’Pawòl chanjman’’. Le président de la République, pendant environ une heure, a étalé toutes ses connaissances et ses projets pour le pays en ce qui a trait à l’énergie électrique tout en réitérant la promesse du courant 24 sur 24, mais cette fois avec des conditions.

À l’annonce de son adresse à la nation samedi dernier, tout le monde ou presque pensait que le chef de l’État allait intervenir sur le budget national qu’il a considérablement modifié. Mais c’est plutôt un Jovenel Moïse reconverti en spécialiste en énergie électrique qui a présenté sur la Télévision nationale d’Haïti le deuxième numéro de ‘’Pawòl chanjman’’, son émission bimensuelle qu’il anime lui-même. Pour fonctionner, Haïti a besoin de plus de 800 mégawatts, a-t-il dit. Cependant, entre ce que produisent les fournisseurs privés de l’État et les centrales publiques, nous n’avons même pas 400 mégawatts de courant électrique, a-t-il souligné.

Selon lui, le manque de disponibilité du courant et le coût du kilowatt/heure rendent les entreprises haïtiennes moins compétitives par rapport aux entreprises dominicaines. M. Moïse a fait par ailleurs remarquer qu’en Haïti, le kilowatt/heure se vend à 25 centimes alors que de l’autre côté de la frontière on l’achète à 16 centimes.

De l’avis du chef de l’État, c’est normal que les biens et services en République dominicaine coûtent moins cher qu’en Haïti. Depuis Jean-Claude Duvalier, a-t-il rappelé, le réseau électrique du pays n’a jamais été entretenu. C’est pourquoi, croit savoir Jovenel Moïse, à chaque orage le réseau subi des pannes.

L’ancien patron d’AGRITANS, une compagnie spécialisée dans la plantation de banane, a expliqué comment fonctionne les réseaux électriques de basse, de moyenne et de haute tension. Le réseau de Péligre est le seul réseau de haute tension dont dispose le pays qui s’étend sur environ 50 kilomètres, a-t-il dit.

Jovenel Moïse a indiqué qu’on pouvait produire du courant électrique en Haïti avec le soleil, le vent, les déchets, les vagues de la mer et l’eau. Le dernier élément est le seul utilisé dans le pays et là encore sur les 200 mégawatts qu’on peut produire on ne produit que 70 mégawatts, a expliqué le président-animateur d’émission télévisée.

Mais c’est surtout le gaz naturel qui intéresse le plus le chef de l’Etat dans la production du courant électrique. Selon lui, l’usage de cette source d’énergie permettra de faire baisser considérablement le coût du kilowatt/heure.

Si des gens pensaient que lorsqu’il proposait pendant la campagne électorale de mettre ensemble, les rivières, la terre, l’eau et les gens Jovenel Moïse faisait référence uniquement à l’agriculture, ils se sont trompés. Il a précisé que l’eau, le soleil et les rivières n’allait pas servir uniquement à l’agriculture, mais aussi à la production du courant électrique.

Le président a fait en outre savoir qu’il ne lui restait que 21 mois pour donner du courant 24 sur 24 partout dans le pays. Il a rassuré que quel que soit le lieu de production du courant électrique, tout le territoire national aurait de l’électricité 24 sur 24.

D’abord, selon le chef de l’État, il y a l’électrification des sections communales avec le programme ‘’Kay pa m klere’’ où les paysans auront doit à un petit système leur permettant d’avoir quatre ampoules, le recharge de leur portable et un poste de radio. Ce programme a déjà commencé, a-t-il dit.

Il a aussi expliqué de l’électrification des petites villes ou des villages. Ensuite, il y a les villes et les grandes. Pour les grandes villes, il y en 16, selon le chef de l’État et elles seront toutes interconnectées.

M. Moïse a indiqué les 14 communes de ce qu’il appelle le bassin Port-au-Prince partant de Montrouis à Léogâne peuvent consommer 80% de l’énergie électrique du pays. L’étude du réseau métropolitain avec 41 circuits a déjà commencé.

Du courant 24 sur 24 ! Oui mais…

Pour la première fois depuis qu’il a entrepris de faire la promotion de son courant 24 sur 24 sur tout le territoire, le chef de l’État pose des conditions. Il maintient sa promesse d’électrifier tout le pays 24 sur 24. Cependant les règles du jeu entre les producteurs et l’État, entre les consommateurs et l’État doivent être respectées, a-t-il dit. Les consommateurs doivent payer pour le courant et les fournisseurs privés doivent signer de bons contrats avec l’État, a-t-il avancé.

Jovenel Moïse a de surcroît appelé la population à s’acquitter de ses taxes pour permettre au Trésor public d’avoir des moyens financiers pour concrétiser les promesses en énergie électrique. Il a aussi souligné que la population allait consommer le courant en fonction de ses moyens économiques. Le courant 24 sur 24 sera prépayé, c’est-à-dire que le consommateur va payer le courant avant de l’utiliser comme le font les compagnies de téléphonie mobiles à travers le pays, a annoncé le chef de l’État qui dit vouloir en finir avec le déficit de 250 millions de dollars l’an dans la subvention de l’ED’H.

Le Nouvelliste Haiti, Robenson Geffrard

Comments are closed.