[responsive_slider]

Jovenel Moïse pourra-t-il sortir du royaume des illusions ?

Lundi soir, le ministère de l’Économie et des Finances a dû se battre pour convaincre les utilisateurs que les prix de l’essence demeurent inchangés à la pompe. Déclaration, tweet et communiqué se sont multipliés pour dire non, non, non, les prix sont les mêmes que ceux d’hier. L’État haïtien vit si mal sa relation avec la population que sa parole ne porte plus. Ses explications et ses silences l’enfoncent dans un cafouillage permanent.

Vendredi, c’est le président de la République lui-même qui a reçu un sacré baptême au parc Ste-Thérèse. Des milliers d’adolescents, invités par le ministère de la Jeunesse et des Sports pour prendre part à l’ouverture d’une compétition scolaire ont fait une ovation pimentée au couple présidentiel. « Pa gen kouran », chantaient mille poitrines pendant que d’autres jeunes, à gorge déployée, riaient. Pa gen kouran, tout le monde en a souffert ces derniers jours. Sauf que le gouvernement n’a pas cru bon d’expliquer à la population les raisons de ce rationnement drastique.

Revenons à l’essence, car c’est l’essence qui explique tout. Autant le directeur général du Bureau de monétisation des programmes d’aide au développement BMPAD), ci-devant Bureau de gestion PL-480/Titre III, rassure sur les stocks de produits pétroliers, autant on pouvait constater, jusquà ce lundi, un attroupement dans certaines stations d’essence. La question de l’approvisionnement en produits pétroliers n’est pas réglée et il est de plus en plus évident qu’un gros bras de fer se joue entre le ministère de l’Économie et des Finances qui appelle à l’aide, le BMPAD qui veut garder son bébé joufflu, le grossiste Novum qui a enfin parlé et les compagnies pétrolières qui veulent sortir du carcan des intermédiaires inutiles.

Pour ce qui est de l’électricité, des statistiques émanant de l’Électricité d’Haïti et disponibles sur les réseaux sociaux le week-end dernier ont fait état du refus presque systématique des abonnés de s’acquitter de leurs factures dans la région métropolitaine. Cette région, la plus peuplée du pays, est celle qui reçoit le plus d’heures d’électricité. Sur 136 589 bordereaux émis en décembre 2018, seulement 16 654 ont été acquittés. Moins de 13% des clients sont donc à jour, et ce n’était pas mieux les autres mois. Comment avancer avec le programme d’électrification 24 heures sur 24 si les factures ne sont pas payées ?

Pour les produits pétroliers comme pour l’électricité, le pays vit soit au-dessus de ses moyens, en refusant de payer les vrais prix, soit dans le déni que l’on pourra continuer à consommer sans payer. Dans les deux cas, seules nos illusions nous permettent de tenir le coup.

Dans les autres secteurs, la situation est similaire. Nous disons vouloir faire grand et différemment, sans avoir les ressources intellectuelles, matérielles et financières pour y parvenir. Sans prendre les moyens pour avoir les ressources ni le courage de réviser nos plans.

Illusion, tout est devenu illusion.

Extrait du journal : Le Nouvelliste, Haiti.   https://lenouvelliste.com/public/index.php/article/197280/jovenel-moise-pourra-t-il-sortir-du-royaume-des-illusions

No comments yet.

Leave a Reply