La nécessité d’une vraie ville !

 

*Roody Edmé, Photo Alter Presse

*Roody Edmé, Photo Alter Presse

La mairie de Pétion-Ville semble vouloir changer l’aspect physique des rues de cette commune en la débarrassant, depuis le premier mai 2016, de son trop-plein d’étals et de marchands. Plus de vingt ans depuis que la situation démographique de la cité ne cesse de se dégrader au point de faire exploser quasiment le peu de services encore disponibles.

Une multitude besogneuse et hagarde erre chaque jour dans les rues à la recherche du pain quotidien. Livrée à elle-même, elle occupe chaque centimètre de la moindre artère de la ville transformée en une véritable cour des miracles. Si quelques quartiers gardent encore une certaine authenticité, le commerce informel gagne méthodiquement l’ensemble d’un espace plongé en plein délire urbain.

Le phénomène s’est aggravé avec « l’atomisation » du centre-ville de Port-au-Prince par le séisme du 12 janvier 2010. La capitale ravagée attend encore les prémices de sa reconstruction moult fois annoncée. Or, tant que les autres communes de la région métropolitaine continueront économiquement et socialement à régresser, la centralité mortifère de Pétion-ville ne fera que se renforcer.

Le down town port-au-princien s’étale, depuis maintenant six ans, comme une plaie douloureuse dans sa magnifique baie. Elle subit continuellement l’hémorragie de ses principales activités commerciales qui grimpent la colline vers Pétion-ville.

Entre-temps, l’ancienne cité pimpante accrochée à la montagne a perdu de sa fraîcheur et s’est défigurée sous les coups de boutoir de politiques populistes et irrationnelles. Les conditions de vie d’une population qui a crû à un rythme exponentiel en quelque dix ans, environ trois cent mille, selon des estimations tout de même conservatrices, n’ont pas été pendant trop longtemps la priorité des autorités nationales et locales.

Trop souvent absorbés par des agendas électoraux aussi fantaisistes qu’improbables, les « chefs » de ce pays se sont enfermés dans des calculs à courte vue qui ont pesé lourd sur notre urbanité devenue monstrueuse. Il faut reconnaître que par le passé, certains édiles ont tenté de mettre un peu d’ordre dans ce capharnaüm, mais ont été vite rattrapés par une sorte de « real politik » à l’haïtienne qui couche dans le même lit que le populisme.

Les sceptiques s’interrogent sur la fiabilité des opérations « coup de poing » dans un pays réputé être un vaste cimetière de projets innovants et/où l’inconsistance est la chose du monde la mieux partagée.

Gageons toutefois que le nouveau leadership qui est en train d’émerger dans nos communes divorce enfin avec les vilaines habitudes de la gouvernance en faillite.

À un moment où le président de la République et un groupe d’investisseurs haïtiens viennent de lancer un ambitieux projet de village touristique sur les cinq prochaines années, il est temps de repenser la politique de la ville. Et pas seulement de Pétion-ville qui ne peut se développer qu’en solidarité avec les autres centres de la région métropolitaine dans le cadre d’un grand projet de décentralisation et de rééquilibrage de l’espace haïtien.

Roody Edmé, Le National Haiti

No comments yet.

Leave a Reply