Les législateurs haïtiens n’écartent pas la possibilité de modifier l’accord d’extradition du 7 octobre 1997 avec les Etats Unis. Le président de la chambre des députés, Cholzer Chancy, a fait valoir que les deux branches du Parlement doivent, à la majorité de leur membres approuver cette modification pour qu’elle soit effective.