[responsive_slider]

le Parlement britannique rejette l’accord conclu avec l’Union européenne

Theresa May, Photo The Spectator.

Au pub, partisans et opposants au Brexit réagissent après le vote

Notre envoyé spécial, Allan Kaval, est à Londres avec les manifestants. Il raconte :

Sis en face du Palais de Westminster, le St. Stephen’s tavern est aussi une institution du monde politique britannique. C’est là que les membres du parlement vont s’abreuver en compagnie de tous ceux qui, lobbyistes, journalistes et autres, vivent au rythme de la vie législative du pays. Ce soir, les “Remainers” (anti-Brexit), drapeaux européens autour du coup, bérets bleus cousus d’étoiles dorées, y était en nombre et lorsque les résultats du vote ont été annoncés sur la seule télévision de l’établissement, branchée sur la chaîne parlementaires, l’assistance compacte a poussé des vivas dans des parfums de bière éventée et de fritures.

Joseph n’a pas souhaité donné son non de famille. Ancien avocat de 67 ans, il désaprouve : “Ces gens se réjouissent parce qu’ils s’imagine que la défaite de May signifie qu’il y a plus de chance pour qu’on reste dans l’UE”. Joseph a toujours été favorable au Brexit même si ses sentiments restent réservés concernant l’accord obtenu par le Première ministre britannique. “L’échec de l’accord va simplement mener à plus de conflit au Royaume-Uni, à plus de divisions et à un Brexit beaucoup plus dur. Pas d’occasion de se réjouir…”

Derrière lui, Liam McGrath, 32 ans, consultant en ingénierie et membre pro-européen du Labour venu spécialement au St. Stephen Tavern pour regarder les résultats jubile : “C’est une merveilleuse nouvelle ! Maintenant ce gouvernement doit partir, ce gouvernement qui a trompé les gens et les a traînés dans la misère.” Il acclame Jeremy Corbyn qui apparaît à l’écran, ponctuant au diapason de plusieurs clients ses propos de “Yes !” tonitruants. Le Pub, antichambre de la démocratie parlementaire britannique.

Plus discrètement, un employé du Palais de Westminster, lié au camp conservateur et désireux de rester anonyme commente : “C’est la plus grosse défaite de toute notre histoire. Elle [Theresa May] doit penser à démissionner maintenant. Elle a perdu la confiance de l’opinion… C’est historique”. Les conversations politiques ponctuées de blagues se poursuivent dans le brouhaha et le bruit des verres à bière tandis que pour abreuver l’assistance, s’affairent en silence les jeunes filles et les jeunes gens Italiens, Roumains, Français, Lettons à peine sortis de l’adolescence venus tenter leur chance à Londres.

Lorsqu’on vit et que l’on travaille à Bucarest, pour faire l’aller-retour à Londres dans la journée dans le but de venir manifester, il faut bien que la cause défendue vous soit chère. Nigel Watson, 52 ans aime l’Europe et porte chevillés au corps les principes qui fondent son Union. Cet ingénieur pétrolier britannique a confectionné une bannière mêlant les drapeaux britannique et roumain, frappée d’un jeu de mots en lettres capitales « The Remainians », mélange entre « remainers » et « Romanians ». M. Watson a l’espoir que la mécanique chaotique du Brexit se renversera bientôt.

« Selon moi, l’idéal serait tout simplement que les parlementaires prennent le contrôle du processus et empêchent la sortie du pays de l’Union européenne. » M. Watson estime qu’un nouveau référendum ne serait qu’un pis aller car cette option porte encore le risque d’un retrait du pays de l’Union européenne. « Ma carrière touche à sa fin, les choses ne vont pas beaucoup changer pour moi mais je pense aux plus jeunes. Dans mon entreprise en Roumanie, il est évident qu’un candidat à un poste disposant d’un passeport européen sera toujours favorisé dans les procédures d’embauche face à quelqu’un qui n’en dispose pas. En sortant de l’Union européenne, nous allons perdre un nombre considérables d’opportunités. » ajoute M. Watson.

Le Monde il y a une minute., Le Monde     https://www.lemonde.fr/international/live/2019/01/15/brexit-vote-historique-du-parlement-britannique-sur-l-accord-de-sortie-de-l-ue_5409471_3210.html

No comments yet.

Leave a Reply