Le futur chef de l’état, Jovenel Moïse, ne devrait pas être confronté à l’immobilisme du Parlement comme ce fut le cas sous l’administration de Michel Martelly. A la chambre basse le bloc majoritaire, proche du président élu, compte 64 députés.