Le recrutement des anciens militaires démobilisés prévu à la mi-août 2017.

download

Malgré les critiques contre le recrutement de jeunes, pour la constitution d’une nouvelle armée en Haïti, sans cadre légal ni référence institutionnelle, en l’absence d’un haut état-major, la deuxième version du régime tèt kale poursuit son plan de remobilisation de militaires. Des dates sont annoncées par le ministère de la défense…

Le directeur général du Ministère de la défense, Louis Marcelin Daniel, annonce le recrutement, à la mi-août 2017, d’anciens militaires démobilisés, pour la constitution de la nouvelle force armée d’Haïti, lors d’une conférence de presse, le lundi 31 juillet 2017, à laquelle a assisté l’agence en ligne AlterPresse.

Il n’est pas possible de parler de remobilisation des forces armées d’Haïti (Fad’h) sans tenir compte des anciens militaires. Toutefois, « nous ne pourrons pas les recruter tous », déclare-t-il

Seulement ceux, qui sont en âge de servir, pourront intégrer la nouvelle force, a tenu à préciser Louis Marcelin Daniel.

L’armée d’Haïti a été démobilisée depuis l’année 1995, après la participation de militaires dans de multiples atrocités, dont des coups d’État.

Les règlements généraux, liés aux Fad’h, sont déjà prêts. Une commission aurait déjà été constituée pour travailler sur un document, qui devra être soumis au conseil des ministres, avant son dépôt au parlement pour être étudié, modifié si nécessaire, voté et appliqué, indique Daniel.

« Nous nous sommes inspirés d’anciens règlement généraux et de forums ayant accouché le livre blanc », fait-il savoir.

L’armée ne pourra pas fonctionner sans avoir, à sa tête, une entité dirigeante, un état-major, qui sera composé d’anciens membres de l’armée, avance-t-il.

Pour être membre de l’état-major, il faut avoir déjà occupé une haute fonction au niveau des forces armées. Car, on ne saurait prétendre vouloir donner les directives à une armée, si on n’a pas l’expérience nécessaire pour le faire, souligne Louis Marcelin Daniel.

Durant son intervention, apparemment pour tenter de désamorcer les critiques, soulevées par le recrutement de jeunes pour la constitution d’une nouvelle armée en Haïti, le directeur général du ministère de la défense a insisté sur la mission des forces armées nationales de tous les pays, en général, et de celles d’Haïti, en particulier.

« L’armée a un rôle beaucoup plus social que toute autre chose. (…) L’un des rôles des Fad’h sera d’intervenir en cas de catastrophes naturelles dans le pays », soutient-il.

Les responsables ont déjà enregistré jusqu’ici 2,350 postulants, dont 350 jeunes filles, indique le directeur du corps du génie, en charge du processus d’inscription, le capitaine Louicin Dieudonné, qui intervenait à la conférence de presse du lundi 31 juillet 2017.

« Nous sommes dans la phase des examens médicaux, dont les résultats pourront être communiqués d’ici le (vendredi) 4 août 2017. S’ensuivront les examens (intellectuels, para-cliniques, psychologiques et de sports) ainsi que les interviews », ajoute Dieudonné.

Les examens intellectuels, que doivent subir les postulantes et postulants, sont prévus pour le lundi 7 août 2017.

Alter Presse, HAI & USA

Comments are closed.