Les bandits ne lâchent pas prise

PNH.

Une personne aurait été tuée par balle à Martissant, consécutivement à des affrontements entre gangs rivaux de Gran Ravin et de Ti Bois, le 1er mai.

La victime supposée habiterait le corridor TiChou et serait un houngan connu sous le nom d’Alfred, selon des informations rapportées à AlterRadio.

Le présumé houngan était en pleine conversation téléphonique lorsqu’il aurait reçu une balle à la tête, a précisé un riverain.

C´est l’enterrement d’un chef de gang nommé Zòrèy, tué la semaine dernière, qui aurait déclenché les hostilités entre les deux gangs. Contactée par AlterRadio et AlterPresse, la Police n´a toutefois pas confirmé cette information.

Un employé civil de la Police nationale d’Haïti (Pnh) a été tué par balles, dans l’après-midi du dimanche 8 avril 2018, au Bicentenaire (Boulevard Harry Truman).

Suite à la mort de cet employé, une situation de tension a régné au Bicentenaire et à Portail Léogâne (centre-ville de la capitale Port-au-Prince) où des tirs d’armes entre gangs rivaux ont été entendus durant la journée.

Depuis quelques semaines, le dossier des gangs armés qui font la loi dans les quartiers populaires a refait surface, après la disparition, à Gran Ravin (périphérie sud-est de la capitale), du photojournaliste Vladjimir Legagneur, le mercredi 14 mars 2018.

La population attend toujours les résultats de l’analyse du test d’Adn (Acide désoxyribo nucléique) des ossements frais et parties de corps humains récupérés à Gran Ravin par la police scientifique, en vue de déterminer s’ils correspondent ou non à la construction corporelle du photographe-journaliste.

Le photojournaliste de 30 ans s’est rendu à Grand Ravine pour réaliser un reportage sur les conditions de vie dans ce quartier. Depuis lors, il n’est jamais revenu à son domicile.

¨La Police nationale d´Haïti entend prendre toutes les dispositions pour désarmer les bandits et les mettre hors d’Etat de nuire¨, a affirmé la Police à moult reprises.

La Pnh et la justice travaillent pour faire régner la paix dans le pays, a pour sa part martelé le secrétaire d´Etat à la sécurité publique, Ronsard Saint Cyr, le 11 avril 2018, dans un contexte (à l´époque) de regain d´insécurité dans des quartiers populaires du secteur sud de Port-au-Prince.

Le Premier ministre Jack Guy Lafontant a, le 23 avril 2018, imputé aux juges corrompus la recrudescence de l´insécurité, notamment dans l´aire métropolitaine de Port-au-Prince.

¨Des criminels notoires appréhendés ont été remis en liberté¨, a déploré le chef du gouvernement, qui préside également le Conseil supérieur de la Police nationale (Cspn), tout affirmant que le gouvernement n´entend pas tolérer cette situation.

Alter Presse, Haiti & USA     http://www.alterpresse.org/spip.php?article23024#.Wume05cpDwo

Comments are closed.