L’opposition maintient la pression

Le Nouvelliste | Publié le : 25 novembre 2014

Quelques milliers de personnes ont défilé mardi dans les rues de Port-au-Prince pour appeler au départ du président Martelly et de son gouvernement. La manifestation, qui s’est déroulée sans incident, a pris fin au Champ de Mars.

IMG_2202

La manifestation à Delmas 32
Jeanty Junior Augustin

C’est la troisième d’une série de quatre manifestations annoncées par les différentes organisations de l’opposition politique. « La revendication reste la même, nous exigeons le départ de monsieur Martelly et de son gouvernement », lance l’ancien sénateur Louis Gérald Gilles présent ce mardi sur le macadam. Comme à l’accoutumée, les partisans de l’opposition prenaient rendez-vous au Bel-Air et près de l’ancienne église saint Jean Bosco.

Il était onze quand a débuté la marche qui comptait déjà plusieurs centaines de personnes. « Devan palè tèt dwat », lancent des jeunes brandissant des affiches réclamant le départ du pouvoir en place. C’est la principale revendication d’un secteur de l’opposition politique regroupant le MOPOD, le MONOP et la FOPARK. Les manifestants se lancent d’abord dans une tournée des quartiers du centre-ville avant de gagner la route de Delmas.

« Martelly est un corrompu, il viole les droits des militants politiques; il faut que lui et son équipe abandonnent le pouvoir», martèle Nadine, une jeune manifestante qui dénonce l’incarcération de plusieurs militants de l’opposition. La manifestation se déroule sous forte escorte de sécurité. Elle est encadrée par les différentes unités antiémeutes de la police nationale. Sur tout le parcours, les manifestants montrent leur détermination à se rendre devant le palais présidentiel en passant par Delmas 32, où plusieurs manifestants ont été pris pour cible par des individus non identifiés le 18 novembre denier.

« Cette nouvelle manifestation entre dans le cadre de l’opération Burkina Faso. C’est la phase ultime de la lutte qui doit déboucher sur le renversement de Michel Martelly et de son gouvernement », soutient Assad Volcy. Le dirigeant de l’OTAN affirme que l’opposition n’est plus disposée à dialoguer avec le président Martelly. « Nous sommes pour le chambardement total », indique-t-il. Plusieurs autres figures de l’opposition, dont le sénateur John Joël Joseph, la coordonnatrice du parti Fanmi lavalas Maryse Narcisse, le docteur Turneb Delpé du MOPOD et André Fardeau du MONOP participaient à la manifestation.

Sur la route de Delmas, les manifestants sont désormais quelques milliers. La tension monte en s’approchant de Delmas 32. La police se montre vigilante . Les portes des marchés, des magasins, des maisons sont fermées. Les riverains s’empressent de rentrer.

C’est une foule en liesse qui emprunte cette rue rappelant de mauvais souvenirs aux manifestants. « Nou pap pè, nou pap janm pè », chantent les manifestants en chœur avec plusieurs bandes de rara qui assuraient l’animation sur le parcours. « Ils nous emprisonnent, ils font couler notre sang, nous n’allons pas nous décourager, nous poursuivons la bataille jusqu’à la victoire finale », soutient l’un des protestataires.

L’étape de Delmas 32 franchie, les manifestants mettent le cap sur le Champ de Mars. Ils se disent déterminés à se rendre devant le palais présidentiel où ils entendent délivrer un message. Depuis plusieurs mois, c’est la première fois que les manifestants ont pu accéder à l’aire du Champ de Mars. La marche atteint la tour 2004. Toutefois, les manifestants n’ont pas pu franchir l’imposant cordon de sécurité établi par les forces de l’ordre. Les différents leaders de l’opposition multiplient les déclarations faisant part de leur détermination à aller devant le palais, mais ça devait rester là.

Cette nouvelle manifestation de l’opposition s’est terminée sans grand incident au Champ de Mars. Avant de se séparer, les leaders de l’opposition ont donné rendez-vous les 28 et 29 novembre pour deux nouvelles marches. Avec le même objectif : exiger le départ du président Martelly.

AUTEUR

Louis-Joseph Olivier

ljolivier@lenouvelliste.com

Comments are closed.