Pogba, victime de racisme

Pogba

Pogba

Le jeune milieu tricolore de la Juventus, Paul Pogba, a été la cible de propos nauséabonds du favori au poste de président de la fédération italienne de football, Carlo Tavecchio, ce dernier utilisant le terme de “mangeur de bananes”.

Ce n’est malheureusement pas une première pour Paul Pogba. Il y a un peu plus d’un an, il avait en effet été accueilli à Giuseppe-Meazza par des cris de singe à l’occasion du match entre l’Inter Milan et la Juventus Turin. Mais cette fois, ce ne sont pas des supporters qui sont montrés du doigt, mais un des plus hauts responsables du football italien, Carlo Tavecchio. Actuel vice-président de la fédération italienne, cet ancien homme politique condamné à cinq reprises au pénal était même le grand favori pour le poste de président après la démission de Giancarlo Abete à l’issue de la Coupe du monde.

Mais c’était avant son dérapage verbal, samedi soir, alors qu’il présentait son programme et expliquait qu’il y avait trop de joueurs étrangers dans les championnats italiens. “En Italie Opti Poba, qui avant mangeait des bananes, vient et joue titulaire à la Lazio“, a-t-il ainsi lâché.  De quoi faire évidemment réagir, quand bien même Paul Pogba, que les observateurs italiens estiment visé par le ‘Opti Poba’, évolue à la Juventus Turin et non à la Lazio… Plusieurs responsables politiques, dont Graziano Delrio, sous-secrétaire à la présidence du Conseil en charge du sport, ont ainsi fait part de leur indignation et réclamé le retrait de sa candidature.

Pourtant, à l’en croire, Carlo Tavecchio, qui doit composer avec la concurrence de Demetrio Albertini, ne visait personne et n’est surtout pas raciste. “J’accepte toutes les critiques mais pas l’accusation de raciste parce que toute ma vie témoigne du contraire” a-t-il ainsi réagi, dimanche. Pas sûr que cette ligne de défense puisse suffire alors qu’il est désormais présenté comme un symbole des excès du football italien, marqué ces derniers mois par des jets de bananes et de nombreux cris racistes dans les stades…

Comments are closed.