L’Exécutif dominicain devrait soumettre le 27 février au parlement un projet de loi dit de naturalisation

DR

Le président du Senat dominicain, Reynaldo Pared Perez, a informé mercredi que le pouvoir exécutif va soumettre le 27 février prochain à l’approbation des parlementaires un projet de loi spéciale de naturalisation  pour tenter de répondre au scandale créé par l’arrêt de la cour constitutionnelle qui dénationalise des  milliers de Dominicains d’origine haïtienne.
Ce projet de loi se situe dans le cadre des promesses faites par des représentants du pouvoir dominicain à la première d’une série de rencontres tenue mardi à Ouanaminthe dans le cadre de la recherche de solutions notamment aux problèmes migratoires et commerciaux entre les deux pays.

Seulement, le concept de naturalisation est incompatible avec la situation actuelle des Dominicains d’origine estrangère, qui sont des citoyens nés dans ce pays où ils ont participé à la vie politique  sociale et économique, pendant des décennies.
Sur le plan politique en particulier, certains de ces  Dominicains ont été électeurs ou candidats lors de plusieurs élections. Au point que certains, en République dominicaine même, se demandent si les juges de la Cour constitutionnelle accusés d’agir sous la poussée de secteurs ultra-nationalistes ou de secteurs du parti au pouvoir (PLD) dont le clan Fernández, vont bientôt invalider la dernière élection présidentielle dont est issu le president Danilo Medina.

Ce dernier a en effet bénéficié d’un nombre important de voix de ces citoyens déclarés aujourd’hui apatrides.
Marche-arrière?

Après l’information communiquée par le sénateur Perez, on relève que la soumission éventuelle du projet de loi dite de naturalisation interviendrait après  le 3 février date prévue pour la deuxième rencontre,  alors que cette réunion semblait conditionnée comme promis au premier pas que feraient les autorités dominicaines dans l’intervalle, c’est à dire entre la première et la deuxième rencontre.

A Port-au-Prince, Le Collectif 4 décembre fait part de son insatisfaction suite à la déclaration conjointe de Ouanaminthe.
Le principal responsable du Collectif, Jean-Robert Argant maintient la position de boycott des produits dominicains et de la République dominicaine comme destination touristique.

” Nous appelons toutes les Haïtiennes et tous les Haïtiens  à ne pas consommer les produits dominicains, à ne pas utiliser les biens et services  dominicains et à ne pas faire du tourisme en République dominicaine, jusqu’à l’annulation de la décision de la cour constitutionnelle”, a lancé M. Argant.

Le Collectif 4 décembre  réclame dans le même temps, l’adoption de mesures pour le renforcement de la production nationale.
D’un autre côté, l’ambassadeur des États-Unis en République dominicaine James “Wally” Brewster, a salué la reprise du dialogue entre la République dominicaine et Haïti.

Le diplomate se dit confiant qu’il y aura une compréhension mutuelle entre les autorités des deux pays qui se partagent l’île.

Caraibes Haiti

http://www.radiotelevisioncaraibes.com/nouvelles/nouvellesdiaspora/l_ex_cutif_dominicain_devrait_soumettre_le_27_f_vrier_au_parleme.html

No comments yet.

Leave a Reply